Argument

Impacts des accélérations conjoncturelles et sociétales, sur la qualité du lien et sur la temporalité du soin.

Les évènements climatiques, sanitaires, sociaux, suspendent, bouleversent et renversent les ordres établis ainsi que les process engagés. Ils suscitent des questionnements fondamentaux.


Par ailleurs, les modalités actuelles de communication étendues à toutes les générations, brouillent les repères de la sphère publique, privée et de l’intime. Les définitions de la famille sont devenues plurielles. Les connexions sont multiples, continues et aléatoires. Les réseaux sociaux invitent à être « amis » avec les ascendants, les descendants, les collatéraux… Autant de facteurs susceptibles d’impacter les liens, la construction identitaire, les comportements ainsi que la transmission des savoirs, des valeurs et des repères.


Les Dispositifs ITEP, en qualité d’organisations institutionnelles ouvertes et actives dans l’environnement des enfants, des adolescents et des jeunes adultes, éprouvent dans leurs pratiques d’importantes transformations : parcours inclusifs et leurs enjeux partenariaux ; attentes liés à l’efficience du service rendu ; développement des neurosciences ; problématiques psychiques multidimensionnelles ; mises à l’épreuve renforcées des capacités d’adaptations ; valorisation du pouvoir d’agir des personnes accompagnées et de leurs parents / représentants légaux ; généralisation du numérique... Ces évolutions massives, concomitantes, rapides et parfois inattendues, modifient profondément les contextes, les rapports au temps et obligent en continu l’adaptation agile et innovante des réponses proposées par les DITEP

Lire la suite

La mission d’accompagnement des enfants, adolescents et jeunes adultes, « qui présentent des difficultés psychologiques dont l’expression, notamment l’intensité des troubles du comportement, perturbe gravement la socialisation et l’accès aux apprentissages » vise l’occupation d’une place de droit dans la société pour chacun d’eux.

Cet objectif suppose la mise en œuvre de soutiens interdisciplinaires, où le soin occupe une place centrale. Néanmoins, le temps, d’appropriation et d’évolution, individuel, n’est pas nécessairement en phase avec les contraintes, les injonctions et les rythmes environnementaux.

C’est pourquoi les Dispositifs ITEP, interrogent :

  • Comment prendre en compte ces décalages temporels ?
  • Comment intégrer les codes de communications actuels dans l’offre thérapeutique ?

Comment respecter le rythme et les besoins de l’individu dans le contexte d’immédiateté et de rapidité qui caractérise la société actuelle.

Objectif global et finalité

Pour traiter ces aspects parfois dichotomiques, cette formation doit croiser à la fois, une approche clinique des pratiques professionnelles au sein des Dispositifs ITEP, et de leurs effets sur le parcours des usagers. Il convient également, d’intégrer une approche sociologique des transformations qui sont à l’œuvre, tant dans les rapports humains que dans le développement des médiations : technologies numériques, réseaux sociaux, médias…

L’objectif de la formation est d’orienter et d’initier des adaptations, voire des transformations, culturelles, conceptuelles, philosophiques, pratiques et organisationnelles, qui permettent aux professionnels et aux institutions :

–       De créer les conditions adaptées, utiles et nécessaires pour l’accès de chaque usager aux dispositifs de droit commun.

–       D’améliorer la qualité des actions conduites dans ce sens par les dispositifs ITEP ;

–       D’avoir la capacité de mettre en relation les concepts et informations reçues avec leurs contextes professionnels et territoriaux ;

Ces objectifs seront vérifiables à moyens et longs termes, à travers l’évolution des DITEP. Les journées d’études annuelles, participent activement à la valorisation de ces évolutions.

CONFERENCIERS

ATELIERS

HEURES DE FORMATION

es journées nationales AIRe

Programme

13h-13h30
Accueil des participants

Merci de vous présenter au plus tôt à l’accueil afin de récupérer votre badge.

13h30 - 14h30
Ouverture des journées et discours officiels
Lionel DENIAU, président d’honneur et membre fondateur de l’AIRe

Le for intérieur n’est pas donné avec la vie. Il se construit par une alternance de vie collective et de vie solitaire, de bruit et de silence, de jour et de nuit, d’agitation et de calme. Sans cette alternance la vie psychique est désorganisée. Comment ne le serait-elle pas plus encore pour les enfants des ITEP, dont cette vie est souvent blessée par des traumas ? L’accélération du temps doit-elle fatalement rendre plus difficile encore que leurs blessures ne se cicatrisent ? Comment éviter les discordances des temps, et résister à ladite accélération comme aux injonctions contradictoires ?

Eric FIAT, professeur de philosophie à l'Université Paris-est, responsable d'un master d'éthique médicale et hospitalière appliquée
15h50-16h20
Pause

La société hypermoderne actuelle est marquée par l’importance de l’image et des écrans, mais aussi par une évolution de la temporalité. Les écrans font pleinement partie du quotidien des familles et plusieurs générations utilisent aujourd’hui des outils connectés. Cependant, les modalités d’accompagnement et de transmissions intergénérationnelle des pratiques éducatives en ligne restent floues pour les parents et les professionnels qui accompagnent les enfants et les adolescents.
Les problématiques liées au handicap, au traumatisme et à son élaboration potentielle se conjuguent avec les questionnements liés aux usages des outils numériques. Certains risques liés à l’usage excessif de ces différents écrans inquiètent, que ce soit en termes de conséquence sur le bon développement cognitif du tout petit, sur la socialisation du jeune enfant ou encore sur des phénomènes de dépendance, observés aujourd’hui de plus en plus tôt chez l’enfant et l’adolescent, notamment aux jeux vidéos et aux réseaux sociaux en ligne. Les problématiques liées au cyber-harcèlement et plus largement à la cybercriminalité sont aussi très fréquentes de nos jours dans la vie des enfants et des adolescents. Comment appréhender ces phénomènes, en termes de repérage et de prévention des risques ?
Par ailleurs, les écrans peuvent aussi être utilisés comme des outils de médiation et le champ de la Cyberpsychologie ouvre de nombreuses perspectives, à la fois en termes de réflexion fondamentale et d’outils appliqués de prise en charge des personnes. Ainsi, les jeux vidéo et les réseaux sociaux en ligne sont aujourd’hui utilisés également comme des outils de médiation à visée éducative et/ou psychothérapeutique. A l’ère où se développe la télémédecine et où la téléconsultation est devenue un acte médical remboursé, la télépsychothérapie se développe aussi rapidement. Ces nouvelles pratiques à distance soulèvent de nombreuses questions, à la fois sur le plan méthodologique et déontologique.

Lise HADDOUK, docteur en psychologie, maître de conférences en psychopathologie à l'université de Rouen. Créatrice du dispositif de visioconsultation « ipsy.fr », elle est psychologue clinicienne à l'OSE

Les premiers calendriers étaient à base de faits récurrents, tels les cycles de la lune tous les vingt-neuf jours ou la crue du Nil, chaque année une régularité qui scandait le temps et organisait les calendriers. La première perception du temps est celle d’un temps circulaire, rassurant du fait de sa récurrence, de l’éternel retour. C’est le temps de la nature, du cycle des saisons, de l’alternance jour/nuit, un temps qui nous accorde l’illusion que si ce n’est pas cette fois-ci ce pourra être au prochain tour, la prochaine fois ? Le temps circulaire n’est pas seulement le temps dit archaïque, celui des mythologies anciennes chinoises, égyptiennes ou grecques c’est aussi le temps de l’enfance, peut-être encore plus celui des petits enfants ce temps de la répétition des soins, des repas, du coucher, de l’éveil ce temps des « macro-rythmes » marqués par leur récurrence, leur prévisibilité au service de l’apaisement des besoins physiologiques ? Mais l’être humain, à l’instant où il décide d’enterrer ses morts, perçoit fugacement un autre temps, celui de la clepsydre ou du sablier : un temps qui s’écoule, file entre les doigts et ne revient pas !…

Daniel MARCELLI, Pédopsychiatre, professeur émérite de pédopsychiatrie, président de la Société Française de Psychiatrie de l’Enfant et de l’Adolescent et Disciplines Associées (SFPEADA)
19h
Apéritif d'accueil
Atelier 1 : Prendre le temps de reconnaitre ce qui est réussi dans ce qui n’est pas complétement maitrisé, pour se remettre en mouvement.

Groupe ITEP du GCSMS RAE en Aquitaine :

La démarche de Reconnaissance des Acquis de l’expérience est adossée à des référentiels métier de droit commun. Elle crée un relation éducative singulière dans un temps privilégié. Elle change les regards réciproques et permet de toucher la normalité, s’y raccrocher pour s’y projeter de nouveau ? Des ITEP d’aquitaine en témoignent.

« Pouvoir regarder ce qui est réussi dans ce qui n’est pas encore totalement maitrisé et ainsi poursuivre le mouvement »

Stéphane Vincent

Association Jeunesse & Avenir LA BAULE :

Quand un Service d’accueil familial de la protection de l’enfance (association LINKIAA) et un Dispositif ITEP par l’intermédiaire de son SESSAD (association Jeunesse & Avenir) de Loire Atlantique unissent leurs compétences dans l’accompagnement d’enfants au parcours de vie chaotique. Après 2 années d’expérimentation, il s’agira de dresser un bilan de ce mode d’intervention original, à la croisée de la protection de l’enfance et du Médico-Social.

Julien Gagneux

DITEP HAUTE- CORSE et LA RÉUNION :

Le temps « chronos » et le temps « psychique » s’inscrivent dans deux temporalités différentes. Cependant, au sein des DITEP Haute-Corse et La réunion, l’exercice quotidien est de tenter de lier, voire d’allier, les différentes temporalités (chronos, psychique, institutionnelles, insularité, territoriale, etc) afin de répondre aux nouvelles caractéristiques sociétales tout en maintenant une qualité d’accompagnement.

Yohann DEVILLERS & Patricia NIEL

DITEP La Perdrière (53000 LAVAL) :

Adolescents débranchés ou hyper ritualisés: la clinique au DITEP fait réfléchir au rapport au temps : comment le sujet s’approprie une temporalité ? Qu’est ce qui permet de construire le rapport au temps, qui lui donne de la consistance ? Comment repérer l’écart entre la temporalité de l’institution, celle de la demande des parents et le temps logique de l’enfant ?

Myriam PORTIER

DITEP le Coteau (94400 VITRY/SEINE) :

Problématiser les conséquences de la confrontation du « temps de la globalisation », maître de notre civilisation, avec le temps de la pédagogie et de la thérapeutique, nécessaire pour un retour possible du sujet, enfant ou adolescent, dans la vie sociale ordinaire.

Dr Luis SOLANO

UGECAM OCCITANIE Dispositif Intégré ITEP UGECAM la tour du Crieu :

Pour ces enfants, ces jeunes qui se situent dans le présent de l’agir, fait de passages à l’acte dénotant une grande absence de repère et de limite, le passage de la liberté à la contrainte occasionne une modification des habitudes et du rapport au temps.

Damien DEPLANQUE

DITEP UGECAM Senones-Epinal – VOSGES :

De nouveaux outils innovants qui permettent de garder contact avec les familles et les jeunes. Une expérimentation avec l’application « Skype-pro »…

Delphine MANDOCE

Association la Smalah et Association – OREAG 33 :

Le numérique change notre rapport au savoir, à l’adulte, à l’autre. Mais son évolution rapide et sa complexité nous empêchent souvent de percevoir les enjeux soulevés par son utilisation massive et quotidienne, que ce soit à titre personnel, professionnel ou citoyen.

Sabra BEN ALI

Jardin d’enfants spécialisé ITEP Bellefond – CENON 33 :

La difficile dialectique entre l’accélération actuelle du temps et le pas à pas nécessaire des étapes du développement chez les jeunes enfants. La présentation de 2 situations démontre que la prise en compte au cas par cas reste essentielle et précieuse.

Véronique LAMARQUE

ITEP entre 2 mers – Association AGREA 33 :

C’est en prenant appui sur ces objets numériques qui construisent l’adolescent d’aujourd’hui et l’adulte de demain que l’équipe a tenté de partager avec eux et d’apprendre d’eux cet univers indéfini.

Stéphane FELLONEAU
14h00-15h00
L'adolescence hypermoderne : quel rapport au temps dans un monde connecté ? / Jocelyn LACHANCE

Nombre d’individus tentent de résister au contexte d’accélération sociale en intériorisant paradoxalement la norme qui consiste à aller toujours plus vite. Résister, d’une part, en imposant ses horaires, en modifiant le rythme de ses actions à sa guise, en se donnant le sentiment d’accélérer, par choix personnel, la cadence de ses activités, la durée de ses projets, etc., ceci afin de personnaliser le déroulement du temps sous le signe de la maîtrise. D’autre part, intérioriser la norme « du toujours plus vite » en tentant d’instaurer sa propre temporalité et en empruntant le plus souvent des chemins qui amènent l’individu à devenir le complice de l’accélération sociale : densification du temps, accélération du rythme de sa vie, multiplications du nombre d’actions dans des durées de plus en plus restreintes. Comment trouver se place, s’affirmer, devenir adulte dans ce contexte marqué par l’accélération sociale et l’injonction d’autonomie ? Au cours de notre intervention, nous interrogerons les spécificités de cette adolescence hypermoderne.

Josselin LACHANCE, socio-anthropologue de l'adolescence, maître de conférences à l’Université de Pau, membre de l’Observatoire Jeunes et Société du Québec, spécialiste des nouveaux usages numériques

La question des accompagnements des jeunes « fracassants/fracassés » vient buter sur les exigences des tutelles et des parents, autour de la nécessité d’aller vite tout en étant d’une qualité irréprochable.
Comment penser cette contradiction ?
Le temps de l’apaisement, celui de l’alliance, celui de la reconstruction, sont des préalables à la mise en route d’une pensée réflexive et cognitive. Cela prend du temps, et l’inclusion n’y change rien, hormis d’éviter une mise hors-jeu.
Alors, comment les DITEP peuvent répondre ?

Jean Jacques JOUSSELIN, Chef du pôle de psychiatrie infanto-juvénile , Centre Hospitalier Gérard Marchant à Toulouse
16h10-16h40
Pause

En Février 2020, s’est tenu dans la ville d’Issy les Moulineaux, une phase pilote, recevant 5 jeunes âgés de 14 à 17 ans, souffrants de phobies scolaires, sociales, addicts aux jeux vidéo et possédant un Haut Potentiel Intellectuel.
Financée par la MILDECA (Mission Interministérielle de Lutte contre les Drogues et Conduites Addictives), l’École des Héros à vocation a favorisé une meilleure estime de soi en utilisant la création du jeu vidéo comme un levier psychique et social.
Le résultat est très satisfaisant car les cinq jeunes ont pu dans un travail de coopération, réaliser et finaliser des projets de jeux vidéo en évitant ainsi, la solution proposée aux parents, à savoir une hospitalisation.

Mickael STORA, psychologue, fondateur-président de l’Observatoire des mondes numériques en sciences humaines (OMNSH)
Atelier 11 : La transition identitaire, passage du DITEP à l'inclusion scolaire

DITEP Mutuelle la Mayotte (95 Val d’oise) :

Comment favoriser l’intégration de nouveaux repères et accompagner le retour vers une scolarité sans que ce soit au détriment du travail engagé au sein du DITEP ? Comment articuler le temps de l’école, du collège, le temps de la famille, le temps du DITEP au temps psychique de l’enfant ?

Delphine ROCHE

DITEP Saint Denis (33 AMBARES /BLAYE) :

Avec un recul de 3 ans sur ce fonctionnement, nous nous proposons de témoigner de nos pratiques que nous réinterrogeons notamment en termes de gestion du temps, temps des professionnels, temps de l’institution, temps des jeunes que nous accompagnons.

Rodolphe GAUL

ITEP du Pays Dacquois (40 LANDES) :

Il existe un âge légal pour accéder à la préprofessionnalisation, qui s’oppose au rythme du jeune. Trois niveaux d’élaboration ou paliers psychiques seraient à expérimenter ou à  » mentaliser » lors d’un passage à l’adolescence au sein du DITEP : Le temps de la découverte, le temps du choix le temps du positionnement. L’enjeu du DITEP est que le jeune reste acteur de son parcours malgré les pressions environnementales.

Nina MAUVIGNEY & Marjorie-Stella LUPUYAU

Dispositif ITEP du Littoral – Association AFEJI (59 GRAVELINES – NORD) :

Au travers son dispositif, l’ITEP propose de communiquer sur son expérience, riche de ses quatre premières années d’ouverture (créé en 2016). Quelles sont les spécificités de notre accompagnement, régulièrement en tension avec les exigences du moment

Jean Charles VINCENT

DITEP de CROIX (59 CROIX – NORD) :

On propose un travail issu d’une réflexion mêlant les avis de professionnels de différents champs, des parents ou des jeunes accueillis. Un support vidéo sera proposé avec de courtes interviews croisés, avant d’ouvrir la discussion avec la salle sur la manière dont le temps vient se décliner sous ses différentes facettes dans nos institutions…

Jean-Bernard ANDRIEU

DITEP de l’Ancrage (FINISTÈRE) :

A partir d’une vignette clinique, plusieurs membres d’une équipe proposeront un travail sur le temps qu’il faut pour pouvoir « rencontrer » un enfant. Il a fallu un certain temps pour qu’un travail avec la famille de cet enfant puisse s’amorcer. Il nous fallut aussi du temps pour renoncer à nos objectifs de réussite scolaire et pouvoir entendre ce à quoi Billy était confronté.

Fanny REGUER

ITEP Château sage (31 TOULOUSE) :

L’atelier Futsal, libre d’accès ? offre aux adolescents un espace-temps fédérateur et cathartique, une médiation sportive à visée thérapeutique et éducative…

Sylvain BOUJON

ITEP Limarel – Association MSA service (Limousin) :

Le jeu DETROIT BECOM HUMAN, permet la mise en scène d’histoires de vie, qui constitue des leviers émotionnels sur fond de mécanismes projectifs et d’expression de soi.

Sabine CHAIX

ITEP Les Alicantes – Association ANER (Nîmes) :

L’interdisciplinarité ou la garantie d’une prise en compte essentielle des temporalités plurielles dans l’accompagnement complexe et spécifique des enfants en situation de violences et/ou de psychotrauma.

Didier MIGEOT

AIRe et ANMECS :

Les coopérations interinstitutionnelles ne se décrètent pas, elles se construisent et parfois dans l’urgence… l’AIRe et de l’ANMECS témoignent de pratiques innovantes qui ont émergé pendant le confinement, pour permettre la continuité du parcours des usagers conjointement accompagnés.

Didier MIGEOT
13h15-14h15
« De la vitesse et du choc ; ou quelle est la relation entre traumatisme et technique ? » / Jérôme LEBRES

Entre la caresse et la gifle, il n’y a jamais qu’une différence de vitesse, écrit quelque part Paul VIRILIO. Ainsi se mêlent le registre de l’affect et celui de la technique : l’accélération de la production, des communications, des transports, est indissociable d’une fusion entre vitesse et violence qui devient sensible, au sens fort du terme (mobilisant l’intégralité de la sensibilité) dans la soudaineté d’un choc accidentel, aussi bien psychique que physique. D’où la possibilité de concevoir toute la modernité en fonction de son effet traumatisant, comme le fait déjà, d’une manière saisissante, Walter Benjamin. Mais avec celui-ci, on peut aller bien au-delà de l’idée que la modernité est à l’origine de nouveaux traumas ; car le traumatisme déploie, à partir de l’instantanéité du choc, sa propre temporalité, qui n’est pas celle de la technique, qui ne lui répond que sur le mode du retour ou de la fixation.  Dire que « tout accélère » serait ainsi oublier tout ce qui, pour le sujet moderne, passe difficilement ou ne passe pas, et qui tout en le blessant, lui donne son armature ou sa force de résistance.

Jérôme LEBRES, professeur de philosophie et directeur de programme au Collège international de philosophie

Y a-t-il vraiment «accélération» ou est-ce une impression résultant de l’obsolescence de plus en plus rapide des objets et de l’éphémérisation des formes organisationnelles ? S’il semble indiscutable que, pour penser les organisations nous sommes passés de métaphores spatiales (les sites…) à des métaphores spatio-temporelles (les processus, les événements…) c’est à dire fondées sur la vitesse et sur des temporalités multiples, quelles conséquences pour les Dispositifs ITEP, les logiques d’actions professionnelles, les équipes, les compétences…

Christian LE MOENNE, Professeur Emérite de sciences de l'information et de la communication
Claire GUERIN, directrice de la Maison Des Adolescents de la Gironde 33
15h35
Passage de relai au COmité de PILotage de la région GRAND EST pour les prochaines journées à NANCY en 2023
15h40
Clôture des journées par le président de l’AIRe

L’organisation des journées est susceptible d’évoluer en fonction des mesures sanitaires qui seront en vigueur au mois de décembre.

Je souhaite participer aux journées de l'AIRe

Vous pouvez vous inscrire directement en ligne ou en retournant le bulletin de participation par mail ou par voie postale

Partenaires

ils vous accompagnent tout au long des journées

Une question ? Contactez-nous !

Par mail ou par téléphone

Lieu

  • Palais des Congrès
  • Boulevard Prom. Veyrier Montagnères
  • 33120 Arcachon
  • 05 56 22 47 00

Journées précédentes

Archives des actes de colloque

Retrouvez l’ensemble des actes de colloques des journées précédentes depuis 1999 à aujourd’hui.

Voir la page dédiée

ITEP et proximité